Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée de Mémoire 2016
Mes élèves de quatrième ont assisté à un spectacle théâtrale sur la Shoa; on va donc réfléchir ensemble sur la Journée de Mémoire qu’on vient de célébrer. 
Comme j’adore le cinéma et je trouve qu’il y a beaucoup de films intéressants à propos de la Shoa, je vais leur proposer un « petit tour » à travers les images les plus émouvantes de ces films, en espérant que tout ça puisse vous aider à ne pas oublier ces pages douloureuses de l’histoire de l’humanité et à construire un meilleur avenir pour vous !
La vie est belle
Benigni définit lui-même son film comme une fable : Guido rencontre et séduit sa future femme, Dora. Des années plus tard, il en a un petit garçon prénommé Giosué et, en tant que Juifs, ils sont déportés vers un camp de concentration allemand. Là, il fait croire à son fils que les occupations du camp allemand sont en réalité un jeu, dont le but serait de gagner un char d'assaut.
La musique choisie contribue beaucoup à cet univers de conte : chaque personnage possède en fait sa propre mélodie qui se met en marche à chacune de ses apparitions dans le film (mélodie du couple, mélodie de l'enfant, etc.).
    
 
La liste de Shindler

 Oskar Schindler (Liam Neeson) est un industriel allemand, membre du parti nazi. Ne pensant tout d'abord qu'à son profit, il emploie une main d'œuvre juive bon marché dans son usine. Mais Oskar Schindler ne se rend véritablement compte de l'horreur et la folie nazie qu'en assistant à la liquidation du ghetto de Cracovie par le commandant SS Amon Göth (Ralph Fiennes), et particulièrement en voyant une petite fille au manteau rouge perdue dans le massacre. Dès lors, il tente avec son comptable Itzhak Stern (Ben Kingsley), de sauver le plus de vies possibles.

Alors que le camp dirigé par Amon Göth reçoit l'ordre de fermer et que des milliers de Juifs doivent alors être transférés à Auschwitz, Schindler décide d'acheter 1 100 de ces hommes pour les « abriter » en les embauchant dans la nouvelle usine d'armes qu'il a ouverte. Il rédige alors la liste contenant les noms de ceux qui seront sauvés. Mais un train de femmes destinées à partir à son usine est détourné vers Auschwitz. Elles échappent de peu à la mort et vont enfin à l'usine de Schindler. Dans cette usine, il interdit aux gardiens tout méfait sur les employés et ira même jusqu'à saboter sa propre marchandise pour qu'elle ne puisse être tirée par les canons.
Quelques mois plus tard, la guerre se termine. Oskar Schindler et sa femme quittent le pays car ils sont pourchassés comme criminels de guerre par les alliés, mais pas avant d'avoir dit adieu aux 1 100 Juifs qu'ils ont sauvés et de s'être vu offrir par ces derniers une bague portant la maxime tirée du Talmud : « Celui qui sauve une vie sauve l'humanité tout entière » (Michna, Sanhédrin 4:5 וכל המקיים נפש אחת מישראל מעלה עליו הכתוב כאילו קיים עולם מלא).
 
Au revoir les enfants
Le film se déroule durant l'hiver 1943, dans une France occupée. Julien qui a 12 ans, fils d'une famille bourgeoise, est pensionnaire au petit collège Saint Jean de la Croix, tenu par les pères carmes. Il retrouve le chemin de l'école sans joie après les vacances de Noël, pour le deuxième trimestre. Une rentrée presque comme les autres jusqu'à ce que le père Jean vienne présenter trois nouveaux élèves. L'un d'entre eux, le jeune Jean Bonnet, est le voisin de dortoir de Julien.
Les deux élèves se jaugent, Julien est intrigué par Jean, garçon fier, mutique et mystérieux un temps rejeté par l'ensemble de la classe. Après s'être observés mutuellement, ils s'apprivoisent au jour le jour et un lien d'amitié se crée entre eux. Julien finit par comprendre le secret de son ami, son nom n'est pas Bonnet mais Kippelstein, il est juif. Un froid matin de janvier, suite à une dénonciation, la Gestapo fait irruption dans le collège. Le Père Jean, résistant clandestin, et les trois enfants juifs sont emmenés. Julien ne les reverra jamais plus. Les enfants sont déportés à Auschwitz et le Père Jean à Mauthausen.
 
 
L’ami retrouvé
1988. Henry Strauss, avocat d'affaires new-yorkais, se rend à Stuttgart, ville où il est né et qu'il a quittée en 1932. Il n'avait qu'à peine seize ans. Son meilleur ami d'études - ils suivaient les cours du Gymnasium Karl Alexander -, le comte Konrad von Lohenburg, était le descendant d'une vieille famille aristocratique. L'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitlerinterrompit cette relation. Les parents d'Henry étaient juifs, tandis que Konrad sympathisait avec les idées du nouveau pouvoir. Envoyé en Amérique par ses parents, Henry apprit ensuite leur suicide. Lors de son retour en Allemagne, Henry découvre que la demeure des Lohenburg est devenu un centre d'impôts, puis, il apprend l'itinéraire dramatique de Konrad, impliqué dans le complot contre le chancelier Hitler et exécuté.
 

 

Et, pour terminer, le film sur la vie d’Anne Frank et son Journal

 
 
          

On travaille ensemble en classe...

Tag(s) : #Actualité, #Civilisation, #histoire